Skip to content
Lieux / Parcours touristique: tableau n°15 / Région de Waulsort et du château de Freyr

La présence allemande en août 14 dans la vallée mosane

Région de Waulsort et du château de Freyr

Ce panneau expose la vue de la vallée mosane depuis le château de Freyr qui se trouve sur la rive gauche du fleuve. La représentation par le peintre de cette partie semble avoir été « épargnée » des méfaits de la guerre par rapport au reste de la toile. Pourtant, la région de Waulsort et de Freyr a elle aussi été le témoin du passage des Allemands en août 1914. La nature semble cependant avoir « survécu » aux destructions perpétrées par les armées teutonnes ; comme si le peintre voulait faire référence à un paradis naturel qui n’aurait pas dû disparaître. 

Dans la seconde moitié du 19ème siècle, la vallée mosane devient un site touristique à part entière. Dès 1863, un train relie Namur et Dinant, ce qui offre aux touristes la possibilité de se rendre au château de Freyr dont les jardins sont traversés par le tracé de la voie de chemin de fer. Ils profitent ainsi de vues et de paysages pittoresques qui ont d’ailleurs été capturés par de célèbres peintres. C’est le cas de William Turner qui propose des aquarelles baignées de lumière ou de Gustave Courbet avec ses peintures à l’huile beaucoup plus réalistes, dont Alfred Bastien, peintre auteur du diorama « La bataille de la Meuse » semble s’être inspirées. A cette époque, Waulsort devient une localité balnéaire renommée.

Cette région mosane va cependant subir dès août 1914 l’avancée des Allemands sur son territoire suite à l’invasion du pays le 04 août par ceux-ci. Le 17 août, l’armée allemande reçoit l’ordre d’attaquer la ligne de la Meuse entre Namur et Givet. Le secteur de Dinant à Hermeton est défendupar plusieurs régiments français dont un peloton se trouve à Freyr le 22 août et essuie déjà, à peine installés, une attaque allemande. Non loin de là, à Hastière, le 23 août, les Français, attaqués par les Allemands,font sauter le pont, ce qui oblige les troupes allemandes à traverser la Meuse avec des canots. A Waulsort, les Français qui défendent l’écluse ne parviennent pas à retenir les Allemands qui traversent le fleuve. Le peloton français, basé au château de Freyr en est prévenu et est chargé de protéger le pont de chemin de fer entre Freyr et Waulsort mais les Allemands, plus nombreux, parviendront au pont d’Anseremme et décimeront toutes les troupes françaises le protégeant.

Cette région ne sera pas non plus épargnée par les massacres commis par les Allemands à l'encontre des civils. Le 23 août, les civils des villages d’Hastière et d’Hermeuton subiront plusieurs exactions commises par les troupes allemandes sur leur passage : pillage, incendie, fusillade, etc. Des groupes de civils sont fusillés par les troupes allemandes comme à Waulsort où une quinzaine d’hommes sont tués, avant que les Allemands ne gagnent, par le pont d’Yvoir, l’Entre-Sambre-et-Meuse.Sur la route de Givet, à Hastière, les Allemands, suite à l’évacuation des troupes françaises, pénètrent dans le village et mettent le feu aux habitations au moyen de grenades incendiaires. Dans la nuit du 23 août, les Français postés sur la rive gauche entendent le cri des femmes et des enfants, impuissants face à la "furie allemande" qui assassine 19 villageois. La vieille église d’Hastière est profanée : des chevaux y sont installés tandis que les ornements sacerdotaux, les chandeliers, les statues, les bénitiers, etc. sont brisés.

Plusieurs témoignages permettent de mieux se rendre compte des massacres commis à l'encontre des civils par les troupes allemandes à Waulsort notamment (M. A. Bille, Curé de Waulsort et son successeur, M. Carlier rapportent: "Ainsi périrent tous les hommes adultes de ce quartier, alors qu’ils ne possédaient pas d’armes") ou encore à Hastière (Mme Aigret s'indigne: "Je ne pensais pas encore qu’ils pussent tuer mon fils"). 

© 2011-2018 Ambiances asbl - Crédits - Bibliographie - Contact - f / t / g+