Skip to content
Lieux / Parcours touristique: tableau n°8 / Explosion orchestrée par le génie belge le 24 août 1914

Le pont de Jambes

Explosion orchestrée par le génie belge le 24 août 1914

Jambes, en 1914, est une commune rurale peuplée de maraîchers et n’occupe à cette époque que les alentours du pont. L’île « vas t-y frotte » était terre de culture. Au 20e siècle, les maraîchers font acquérir à Jambes une place primordiale en Belgique grâce à son marché de plus en plus notoire. Les poireaux, carottes, salades, cerfeuils, épinards, oignons, choux, céleris, etc. ont remplacé le houblon et la vigne. Le consommateur provient de Jambes et de Namur en premier lieu, et plus tard de Charleroi, Bruxelles et dans tout le centre du pays ensuite.

Le pont de Jambes ou pont de Meuse en pierre, datant de la fin du 18e siècle, servait de passage frontière entre la principauté de Liège et le comté de Namur. Autrefois sur la septième pile, se dressait une tour carrée précédée d’un pont-levis qui s’abaissait sur la pile suivante. Cette tour" Beauregard" marquait les limites des juridictions. Le pont de Jambes fut jusqu’en 1954 le seul pont routier à relier les deux rives de la Meuse namuroise.

En 1914, la guerre éclate en Belgique. Les Allemands débarquent d’abord à Liège et arrivent ensuite à Namur vers le 18 août. De nombreux Jambois, aspirant à la Liberté, se sont enrôlés dans l’armée belge en 1914. Lors des combats menés à Namur au nom de la Patrie belge, 44 Jambois périront. Jambes subit de nombreux bombardements durant la bataille de Namur. Face à l’artillerie lourde allemande, la faible défense de la Position fortifiée de Namur conduit le commandant de la Place de Namur, le général Michel, d’ordonner l’évacuation de la ville par les troupes belges. Dans leur retraite, les derniers soldats de l’armée belge font sauter le pont de Jambes le 24 août 1914 pour empêcher l’ennemi de l’utiliser et ainsi tenter d’arrêter ou de ralentir l’avancée rapide des troupes allemandes : deux arches s’effondrent dans le fleuve. L’armée belge a également fait sauter les ponts de Luxembourg et de Salzinnes, sauf le petit pont du Musée.

Malgré l'explosion du pont, certains jambois perdront la vie, fusillés par les Allemands qui commettent sur la population civile bons nombres d'exactions. C'est ce dont se souvient M. Binet, chapelain de Velaine.  

© 2011-2018 Ambiances asbl - Crédits - Bibliographie - Contact - f / t / g+